Marche Afghane

La Marche Afghane est une marche consciente et rythmée : c’est une marche qui met en oeuvre à la fois un état d’esprit et des techniques respiratoires. Des rythmes respiratoires spécifiques se synchronisent au rythme des pas. Grâce à une respiration dynamique et consciente, on obtient des bénéfices plus important qu’avec la marche seule. On « respire de tout son corps« . Tonique ou méditative, cette marche s’adapte à nos besoins.

Dans les années 80,  alors en mission économique en Afghanistan, Edouard Stiegler a longtemps observé les tribus nomades en déplacement. Sa curiosité pour leur endurance exceptionnelle l’a amené a découvrir que leur respiration rythmée leur permettait de parcourir de très longues distances sur des terrains très accidentés, sans fatigue. Déjà grand marcheur et adepte de pratiques respiratoires, de retour en Europe il transmet le fruit de ses observations sous le nom de « Marche Afghane ». 

La Marche Afghane amène une régénération et des bienfaits sur la santé physique et émotionnelle incomparables :

  • Favorise une meilleure oxygénation et régénération cellulaire
  • Permet d’atteindre l’état de « cohérence cardiaque »
  • Augmente la capacité respiratoire
  • Favorise le redressement postural et la souplesse corporelle
  • Améliore la circulation de tous les systèmes (sanguin, lymphatique, nerveux)
  • Renforce la confiance en soi
  • Invite à la présence à soi en offrant un espace de méditation
  • Aide à la gestion du stress et de l’anxiété

Il s’agit d’une méditation active, un acte de « marcher vers soi », une invitation à célébrer le souffle et élargir son expérience de la respiration.

En pratiquant une respiration profonde, une « suroxygénation » naturelle, toutes les cellules du corps reçoivent une quantité d’oxygène bien plus importante. Véritable art de vivre au quotidien, « marcher afghan » assure une revitalisation exceptionnelle.

La marche est une des activités naturelle pour l’homme. La respiration est un acte vital. Mais l’art de bien respirer, qui est naturel chez le nouveau-né et l’enfant, semble être plus difficile pour bon nombre d’adultes.

A la portée de tous, la marche est un véritable antidote à un mode de vie en surchauffe !!

 Pratique hebdomadaire le jeudi ou vendredi et le week-end (limité à 6 personnes)

 Accompagnement individuel au plus près de vos besoins : Recommandé si vous souhaitez progresser plus rapidement ou si vous avez un objectif précis : sportif (préparation à une grande randonnée, une marche en montagne,…), augmenter votre capacité respiratoire, retrouver la confiance dans l’ancrage et la présence à soi, améliorer la souplesse corporelle, gestion du stress, etc.

 Sorties en Anjou les week-ends (pour débutants et initiés) – Programmation ICI 

TARIFS 
 Découverte 5€ (en groupe – durée 45 minutes) me contacter pour la constitution d’un groupe
 Séances ponctuelles 15€ (en groupe – durée 1h30)
 Forfait 10 séances 120€ (en groupe – durée 1h30)
 Accompagnement individuel ponctuel 45€ (durée 1h30)
 Forfait 5 séances d’accompagnement individuel 150€ (durée 1h30)

Les sorties ont lieu dans un parc de l’agglomération angevine ou première couronne (Balzac, Sablières, bords de l’Authion, Ardoisières, Etang St Nicolas, île St Aubin, etc..)

Les séances sont espacées suivant vos possibilités, tout en conservant une certaine régularité pour une meilleure efficacité.

Extrait du magazine Inexploré – Hors Série n°5 : « Oser une vie nouvelle »

« Sur les ailes du souffle : si notre capital vital est l’énergie, notre moteur est la respiration. Un jour, elle a ouvert les portes de notre vie, et elle l’exprimera jusqu’au dernier soupir de notre périple terrestre. Le souffle commande à toutes les fonctions. Seul l’air qui entre dans l’organisme et en sort peut produire sa chaleur et son mouvement. L’inspiration nous remplit de substances vitales, tandis que l’expiration sert à l’auto-nettoyage, en éliminant les déchets. Parfois les tensions physiques et mentales font du corps une cuirasse, qui comprime le libre mouvement de l’air. L’oxygène se fait rare. Les poisons s’accumulent. Le cerveau n’arrive plus à s’alimenter, s’épuise, et avec lui toutes les fonctions qu’il gère. Un petit appétit de vie s’exprime dans un corps dont le souffle et l’énergie sont amoindris. Respirer mal signifie donc vivre mal. L’angoisse, le chagrin, la maladie amenuisent la respiration. La colère, trop de stress la bloquent. Sous l’effet de la dilatation puis de la rétractation pulmonaire et abdominale, l’organisme tout entier est massé, stimulé, pacifié. C’est nous mettre en grand danger que de couper la communication entre le corps et l’esprit. Alors le souffle conscient à pour mission de les relier. »

Les commentaires sont clos.